Accueil > Actualités > Evasion > Royal Guernsey Golf Club : l’esprit des links

Royal Guernsey Golf Club : l’esprit des links
par Olivier THIBAUD

posté le 26 août 2011 - Evasion > 1 avis - Donnez votre avis !

« Les îles de la Manche sont des morceaux de France tombés dans la mer et ramassés par l’Angleterre. » (Victor Hugo, L’Archipel de la Manche, IX)

Guernesey est la 2ème île anglo-normande par la taille. Elle se situe dans la baie de Saint-Malo, à environ 128 km de la côte sud de l’Angleterre et à 32 km de la péninsule de Cherbourg. Etendue sur 63 km², elle est peuplée de 60 000 habitants Sa capitale est St Peter Port. La langue parlée officiellement y est l’anglais. Le patois de Guernesey (un dialecte franco-normand) est encore parlé par certains. Livre de Guernesey et Livre Sterling ont cours : Guernesey frappe sa propre monnaie, elle est de plus la seule de l’Empire britannique à émettre des billets de 1 Livre (One Pound) Et pour bien montrer qu’à Guernesey on ne fait rien comme ailleurs, les boîtes aux lettres sont bleues et non rouges comme il sied partout dans le reste de l’Empire… Le climat de type méditerranéen bénéficie de 2 000 heures d’ensoleillement par an. Il est tempéré par le Gulf Stream.

Malgré sa modeste superficie, Guernesey n’en dispose pas moins de trois parcours de golf. En premier lieu le Royal Guernsey Golf Club. Laissons à Gaëtan Mourgue d’Algue (1), grand champion de golf et éditeur du fameux « Rolex des 1000 meilleurs golfs du monde » le soin de nous le présenter : « Les îles anglo-normandes (Channel Islands) présentent un curieux mélange d’anglais et de français, cette dernière influence étant aussi sensible - heureusement - sur la cuisine locale. Mais le golf est bien britannique, ce parcours en est l’illustration. D’abord, compte-tenu du nombre incroyable de joueurs qui y passent, il est bien entretenu (mais souvent très sec en été), ensuite, il réclame un jeu très aguerri et une bonne habitude du vent, car celui-ci est capricieux et peut changer plusieurs fois de sens pendant une partie. Dans ces conditions, on n’abîme pas trop les petits greens, que l’on rejoint moins vite que l’on ne le voudrait. Parcours de links traditionnel, il continue à paraître naturel, malgré de nombreuses révisions, surtout de Philip Mackenzie Ross et Fred Hawtree. En prime, les vues sont magnifiques sur la mer, sur les jardins près du club-house… et sur les vaches. A déguster dans un esprit de vacances. »

Le Royal Guernsey est le plus ancien et le plus coté des parcours de l’île. C’est un par 70 de 5 675 mètres de longueur. Niché à la pointe Nord-Est de l’île, il est en permanence balayé par les vents et les embruns. Cet authentique links nécessite une très bonne maîtrise des fers. L’entretien est rustique, à l’instar de la modeste buvette blottie derrière un blockhaus. Ne vous étonnez pas du côté rustique s’il en est : sachez que les paysans locaux jouissent toujours de droits de pâture sur… le parcours de l’Ancresse ! Alors, si vous manquez le fairway ne vous étonnez pas d’avoir à rechercher votre balle parmi les vaches. Le golf est en outre traversé par deux routes, alors veillez bien à ce que votre drive n’aille pas percuter une voiture ! Mais heureusement, la circulation est peu dense. Vous ne manquerez pas de remarquer que le parcours est parsemé d’étranges tours à meurtrières, dénommées « Tours Martello » (2). Dédiées à la protection contre les envahisseurs venus par la mer. Ces derniers, une fois le pied mis à terre se trouvaient pris sous les feux croisés qui balayaient alors les glacis. A un jet de pierre du club-house du Royal se trouve celui de l’Ancresse Golf Club. Moins sélect que le Royal (malgré la présence sur le parking de grosses cylindrées comme celle de l’un des membres venu au volant de sa Bentley Continental !). L’Ancresse à été fondé dix ans plus tard que le Royal Guernsey Golf Club (« Established in 1890 ») par les caddies du Royal et qui n’avaient en aucun cas accès au club-house du Royal. Afin de se retrouver entre eux ils édifièrent donc une baraque avec les moyens du bord, c’est à dire des morceaux d’épaves récupérés de navires ayant sombré sur les récifs alentours. D’ailleurs, jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale, ce n’était toujours qu’un baraquement en bois. Aujourd’hui les membres du Royal et de l’Ancresse jouent sur le même parcours : celui du Royal ! Et même s’ils partagent à l’occasion une même partie – ils ne partageraient pour rien au monde le même club-house. Rien que d’évoquer cette improbable possibilité leur apparaît comme aussi choquante que de vouloir réunir les îles de Jersey et de Guernesey sous un même drapeau.

Les non-membres ont la possibilité d’adhérer au club pour la journée afin de jouer le 18 trous, le practice et les chipping greens. La carte de handicap est demandée et - en haute saison - le parrainage d’un membre est une nécessité. Précisons d’emblée qu’une tenue correcte est exigée. Traduisez : les jeans et blousons siglés de diverses marques ne sont pas les bienvenus. Inutile de préciser que l’étiquette doit être scrupuleusement respectée : nous sommes réellement en terre golfique ! Et jouer le Royal se mérite ! Enfin, si vous n’avez pas la chance de fouler ses fairways, vous pourrez plus facilement vous consoler sur ceux de La Grande Mare ou St Peter.

(voir l’article GUERNESEY : So Golf !)

Royal Guernsey Golf Club, L’Ancresse Road, GY3 5BY Guernsey

Renseignements et réservations : +44 (0) 1481 246523, www.royalguernseygolfclub.com

Office de tourisme : www.visitguernsey.com

A voir, à faire :

Hauteville House : l’empreinte de Victor Hugo

Hauteville House, actuellement musée Victor Hugo, est située au 38 rue Hauteville à St Peter Port. Victor Hugo acquit cette maison le 16 mai 1856 afin de ne pas être expulsé, la loi guernesiaise interdisant d’expulser les personnes ayant des propriétés dans l’île. Construite vers 1800 par un corsaire anglais, la maison appartenait à un certain William Ozanne mais, ayant la réputation d’être hantée par l’esprit d’une femme qui s’y était suicidée, elle était inoccupée depuis plusieurs années. Selon l’usage anglais, Hugo la baptisa mais non pas « Liberté » comme il en avait l’intention mais « Hauteville ». Elle fut transformée, aménagée, meublée et décorée au fil du temps par l’écrivain qui y vécut en exil de 1856 à 1870 et y est revenu pendant l’été 1878. Elle se compose de 4 niveaux et est dominée au troisième étage par un belvédère ou crystal room ou « look out » d’où l’on découvre le port de St Peter Port et les îles au loin. Ce « look-out » se retrouve dans de nombreuses maisons (y compris le manoir de Sausmarez). On y accède par « l’escalier de la veuve ». Un vaste et beau jardin de 2 000 m2 en contrebas est planté d’arbres et fleuri en abondance. C’est là qu’il planta le chêne des « Etats-Unis d’Europe ». Cette maison put être acquise par Victor Hugo grâce aux premiers succès de la publication des « Contemplations ». C’est là qu’il signa quelques-uns de ses chefs-d’œuvre : « La Légende des Siècles », « Les Misérables », « William Shakespeare », « Les Chansons des rues et des bois », « Les Travailleurs de la mer », « L’Homme qui rit… » Passionné de brocante et doué d’une imagination débordante, Victor Hugo qui rapporte de ses excursions dans l’île une profusion de bahuts et de coffres, de faïences et d’objets (figurines, miroirs, tapis…) orchestre pendant de longs mois d’importants travaux d’aménagement intérieur d’inspiration médiévale qui confèrent à ce lieu unique force et mystère. Selon son fils Charles Hugo, cette maison est un « véritable autographe de trois étages, un poème en plusieurs chambres ».

- www.victorhugo.gg
- http://www.hautevillehouse.com/

Dîner, dormir

Les possibilités sont nombreuses. Deux adresses nous ont particulièrement plu.

Mora The Quay, St Peter Port GY12LE Tél : +44 (0)1481715053 Ce restaurant porte le nom du navire – une sorte de drakkar ventru – de Guillaume de Normandie parti depuis Saint Valery-sur-Somme à la conquête de l’Angleterre. Réputé pour ses produits de la mer. Le patron, d’origine normande, parle français.

Hôtel Les Roquettes Les Gravees, St Peter Port, Guernsey, Channel Islands, GY1 1RN, Tél :.+44 (0)1481 722146, http://www.lesrocquettesguernsey.com/index.cfm

Situé aux abords de St Peter Port, Les Rocquettes est idéal pour un séjour de vacances. A l’origine manoir de campagne, Les Rocquettes a été construit en 1765 puis transformé en hôtel en 1946. Il dispose de piscine couverte, salle de gymnastique, jacuzzi, sauna, jardins, bar, restaurant élégant...

Liaisons aériennes Jersey-Guernesey : le Trislander

Vous ne couperez pas à une expérience unique si vous venez par les airs, celle de voler à bord d’un étrange avion trimoteur : le Trislander. C’est un appareil rustique permettant d’emporter 16 passagers sur 1 600 km avec un plafond pratique à 13 000 pieds. Construit à l’île de Wyght, il est motorisé par trois bons vieux moteurs à pistons Lycoming de 260 chevaux chacun avec des hélices bipales. Pour l’anecdote, si l’équipage descend avant les passagers, l’avion se met sur la queue !

Jardins botaniques : Guernesey, un jardin sur la mer

« L’île est ravissante en ce moment. C’est comme une grosse fleur… Arrivez vite, le temps est superbe » (Victor Hugo, Lettre à Charles et Alice Hugo, 22 mai 1870)

Guernesey profite de l’influence du Gulf Stream et bénéficie donc d’un micro-climat qui permet l’épanouissement d’une végétation exceptionnelle. Le lys de Guernesey est sa fleur fétiche. Il convient donc d’y consommer les jardins sans modération !

Sausmarez et Saumarez : deux sites remarquables

- Le jardin boisé subtropical de Sausmarez Manor, à St Martins, combine botanique et art. Plantes et arbustes du monde y sont exposés : fougères arborescentes, bananiers, balisiers, bambous, palmiers, camélias, fushias et échiums géants (plantes originaires des îles Canaries pouvant atteindre plus de 3 mètres de haut). Parmi cette végétation luxuriante, le propriétaire, Pierre de Sausmarez, apporte sa touche artistique et expose ainsi des sculptures venues du monde entier. www.sausmarezmanor.co.uk

- Le Saumarez Park : c’est le plus grand jardin public de Guernesey. Situé dans la paroisse de Castle et à ne pas confondre avec Sausmarez Manor, le parc de Saumarez accueille chaque année de nombreuses manifestations comme le Viaer Marchi (6 juillet) et le North Show and Battle of Flower (26-27 août). Il abrite une roseraie, un jardin japonais et de nombreuses espèces d’Asie comme les camélias et les bambous. Dans l’enceinte du parc, le Folk Museum raconte la vie des Guernesiais d’autrefois. www.nationaltrust-gsy.org.gg

Sausmarez Manor : rencontre avec le seigneur Pierre de Sausmarez

La maison est entrée dans la famille grâce à la fortune constituée par un ancêtre pirate qui eut l’heur de capturer la « Nusetra Senora da Donga Capa », un navire chargé de l’un des plus riches trésors du monde à l’époque. Parmi ses descendants, un amiral compagnon de Lord Nelson, des baillis gouverneurs de Guernesey… Alors une visite s’impose à Pierre, seigneur de Sausmarez. Et pour ce faire, vous avez le choix entre le marché campagnard du samedi matin ou une visite nocturne du manoir. Cette dernière devrait constituer un souvenir inoubliable. En effet, le manoir est hanté, en témoigne le « Stately Ghosts » une sorte de guide officiel des fantômes et des maisons hantées. Vous en serez convaincu lorsque vous aurez gravi « l’escalier de la veuve » menant au « look out » du lieu. Explication : « l’escalier de la veuve » était l’escalier qu’empruntait la femme du marin pour rejoindre le « look out », belvédère d’où elle pouvait scruter la mer, attendant un signe du retour du mari. Hélas, il arrivait parfois que ce dernier ne revienne jamais… D’où le nom de « l’escalier de la veuve » ! Pour en revenir au marché du samedi matin, c’est un instant haut en couleurs qu’il convient de pas manquer. Pêle-mêle : producteurs locaux, « pitch and put » pour s’exercer au golf, visite du jardin botanique parsemé d’œuvres d’art, , ambiance musicale assurée, tour en petit train, restauration sur place et – avec en prime et un peu de chance – rencontre avec l’authentique seigneur de Sausmarez…

Sausmarez Manor, Tél : 0044 (0) 1481 235571, www.sausmarezmanor.co.uk

Ile de Herm

Cette petite île a une superficie de 2,5 km² pour une population résidente d’environ 60 habitants. L’île est administrée par le bailliage de Guernesey et possède son propre drapeau. Avec ses plages tranquilles et paradisiaques facilement accessibles depuis Guernesey en bateau, Herm est un endroit de prédilection des visiteurs comme des habitants de la région. Dès que vous débarquez sur le mélange de granit et de bois qui forme le mur du port, vous laissez derrière vous les pressions du monde moderne. Restez au moins une nuit pour apprécier véritablement le calme et la tranquillité de cette île de rêve. Qu’il s’agisse d’un hôtel, d’un gîte ou d’un camping (possibilité de louer les tentes sur place), vous trouverez le mode d’hébergement qui vous convient le mieux.

En 1866, Victor Hugo rend hommage au peuple de Guernesey dans son roman « Les Travailleurs de la mer ». Il écrit en dédicace : « Je dédie ce livre au rocher d’hospitalité et de liberté, à ce coin de vieille terre normande où vit le noble petit peuple de la mer, à l’île de Guernesey, sévère et douce, mon asile actuel, mon tombeau probable. »

Alors vous aussi, vous apprécierez l’hospitalité de Guernesey !

- (1) Gaëtan Mourgue d’Algue est l’un des meilleurs golfeurs français de sa génération. C’est le fondateur du magazine Golf Européen, du Trophée Lancôme et l’un des principaux initiateurs du circuit professionnel européen. Epaulé de sa fille Kristel (championne des Etats-Unis universitaire et ancienne joueuse du circuit européen) et de Bruce Critchley (ex joueur de Walker Cup et journaliste réputé de Sky Sports), il a convaincu Rolex de prendre part une ambitieuse entreprise : l’édition du « Rolex les 1000 meilleurs golfs du monde »

- (2) Les tours Martello sont des petites forteresses défensives construites par l’empire britannique à partir des guerres napoléoniennes. Elles sont hautes d’environ 12 mètres (avec deux étages) et peuvent abriter un officier et 25 hommes. Leur structure ronde et leurs murs solides et épais les rendaient très résistantes aux tirs de canon tandis que leur hauteur en faisait une plate-forme idéale pour une pièce d’artillerie lourde, montée sur le toit plat et capable de tourner sur 360 degrés. Quelques-unes étaient entourées d’un fossé pour améliorer leur défense.

1 avis
  • Smbdm - 26 août 2011 15:16 Excellent article qui donne envie...
Connectez-vous pour poster un avis
Se connecter
|
S'INSCRIRE
image invitation inscription sign up
À lire aussi
Aidez nous à les inviter !
Dernièrement sur NoBunker
Articles les plus commentés